OFFRE DE PRET CHEZ NATHALIE VASSELIERE

2011.02.15 Italie - Libéralisation de l'adoption: la justice italienne pour, le Vatican contre

(La Croix) La Cour de cassation italienne a proposé la libéralisation des adoptions d'enfants, ouvrant cette possibilité aux familles mono-parentales, un choix qui a suscité l'opposition immédiate du Vatican, rapporte mardi la presse.

Rappelant que la Convention de Strasbourg sur la protection des enfants ne prévoit rien qui s'opposerait à l'adoption d'un enfant par une seule personne, la Haute cour a invité lundi le Parlement italien “à élargir la possibilité des adoptions de mineurs également au cas des familles mono-parentales”.

La Cour de cassation se prononçait sur le recours d'une Italienne vivant seule et qui souhaitait voir confirmée en Italie la procédure d'adoption d'une petite fille russe déjà prononcée par les Etats-Unis où la mère adoptive est résidente.

En Italie, la loi prévoit que les enfants ne peuvent être adoptés que par des familles formées de couples mariés. Exceptionnellement ils peuvent l'être par des personnes seules, lorsqu'il s'agit d'enfants malades ou handicapés. Mais dans ce cas l'adoption n'est pas “complète”, l'intervention d'un tuteur judiciaire étant nécessaire dans certaines situations.

“La priorité est le bien de l'enfant qui exige un père et une mère et c'est ce qui devrait être normal”, a critiqué le cardinal Ennio Antonelli, président du Conseil pontifical pour la famille, cité par le quotidien La Repubblica.

“Naturellement, l'idéal serait de donner une vraie famille à tous, avec un papa, une maman, des frères et soeurs. Cependant, un parent vaut toujours mieux qu'aucun”, a commenté à l'inverse le père Gino Rigoldi, prêtre de la prison pour mineurs Beccaria de Milan (nord), cité par le Corriere della Sera.


Outils personnels