2012.07.06 Chine. Une loi sur l'adoption pourrait élargir l'admissibilité

(China.org.cn) Il est possible que les familles étrangères puissent adopter des orphelins ou des enfants abandonnés qui ne sont pas sous la protection de l'État, a déclaré, jeudi, un haut fonctionnaire de l'adoption.

Les enfants sous la protection de l'État sont admissibles à l'adoption depuis le début des années 1980, a déclaré Zhang Shifeng, qui dirige le Centre chinois pour le bien-être et l'adoption des enfants. On rédige des règlements pour élargir la catégorie de ceux qui sont admissibles à l'adoption afin d'inclure les « enfants en détresse ».

L'expression fait référence aux orphelins qui ne peuvent pas recevoir des soins de base de parents proches, de même qu'aux enfants dont les parents, pour quelque raison que ce soit, ont été incapables de fournir les soins nécessaires, a déclaré M. Zhang.

L'adoption par les familles étrangères a été une façon efficace de réinstaller de manière permanente les « enfants en détresse », a-t-il affirmé.

Promulguée en 1992 et amendée en 1998, la « Loi sur l'adoption » énonce que les enfants de 14 ans ou moins sont admissibles à l'adoption s'ils ont perdu leurs parents ou ont été abandonnés. Ils sont également admissibles si leurs parents ne sont pas en mesure de les élever correctement.

En vertu de la loi, les tuteurs légaux d'orphelins, les établissements de bien-être de l'enfance et les parents biologiques qui éprouvent des difficultés sont autorisés à placer un enfant en adoption.

Une recherche effectuée par le ministère des Affaires civiles en 2009 a montré qu'il y avait plus de 600 000 enfants qui avaient perdu leurs parents et qui vivaient en dehors de la protection officielle de l'État.

« Certains orphelins vivent avec leurs grands-parents ou d'autres parents, mais ceci ne garantit pas qu'on en prend soin de manière adéquate », confirme M. Zhang.

« Lors de visites dans différentes régions, nous rencontrons souvent la situation suivante : les grands-parents sont trop vieux pour élever un enfant, ou encore les oncles et les tantes peuvent ne pas bien traiter l'enfant ou même le maltraiter s'ils ont leurs propres enfants », a-t-il révélé.

Pour garantir les droits des enfants, le centre d'adoption élabore des règlements qui aideront ces enfants à trouver un foyer aimant qui prendra soin d'eux, que ce soit en Chine ou à l'étranger, a-t-il déclaré.

Par ailleurs, certaines provinces, dont le Henan, le Jiangsu et le Guizhou, ont lancé des projets-pilotes.

Le district de Luoning, dans la province de Henan, en Chine centrale, a lancé en 2007 un projet pilote d'adoption à l'étranger pour les orphelins ou les enfants abandonnés vivant en dehors de la protection officielle de l'État.

Du Liming, directeur adjoint du Bureau des affaires civiles de Luoning, a dit que les procédures d'adoption par une famille étrangère pour les enfants qui ne vivent pas sous la protection de l'État sont plus strictes que pour ceux qui le sont.

Ces procédures incluent la clause selon laquelle un comité de la communauté locale doit nommer quelqu'un comme tuteur légal de l'enfant et que le contrat d'adoption entre le tuteur et la famille candidate ne pourra entrer en vigueur avant d'avoir été notarié.

Wang Changshui, 11 ans, a connu une vie difficile après le décès de son père, des suites d'un cancer, et après que sa mère eut paralysé à partir du cou après une chute lors d'un accident à la maison.

M.Du a indiqué que la mère du jeune Wang, qui vivait des subsides du gouvernement et comptait sur les soins que lui prodiguait sa mère de 70 ans, a accepté de donner la garde de ses deux enfants.

Maintenant, le jeune Wang et sa sœur de 13 ans vivent dans un établissement local de protection de l'enfance, et ils attendent une adoption de parents étrangers, a indiqué M. Du.

Les statistiques officielles montrent qu'à la grandeur du pays, environ 100 orphelins qui vivaient à l'extérieur des établissements de protection de l'enfance ont été adoptés par des familles étrangères.

Beth Alpert, une mère qui a adopté deux filles en Chine, a fait bon accueil à la proposition sur la politique d'adoption.

« L'adoption a été la meilleure chose pour ma famille, elle a changé ma vie. Je sais que beaucoup de familles en Amérique aimeraient avoir des enfants chinois, s'ils (ces enfants) ont vraiment besoin d'un foyer », a dit Mme Alpert.


Outils personnels