Le saturnisme

Définition

Le saturnisme de l’enfant est une intoxication causée par le plomb ou par les sels de plomb1).
La plombémie (taux de plomb dans le sang) mesurée sur sang veineux est l’indicateur retenu pour évaluer l’imprégnation par le plomb. En fait, la plombémie reflète un état ponctuel d'équilibre entre un processus de contamination éventuellement en cours, le stockage ou le déstockage du plomb osseux, et l’élimination (excrétion, phanères, sueur).2)

Diagnostic

  • Les signes cliniques, lorsqu’ils sont présents, sont en général peu spécifiques :

- troubles digestifs vagues : anorexie, douleurs abdominales récurrentes, constipation, vomissements,
- troubles du comportement (apathie ou irritabilité, hyperactivité), troubles de l'attention et du sommeil, mauvais développement psychomoteur,
- pâleur en rapport avec l'anémie

  • Le diagnostic ne peut alors être établi que par le dosage de la plombémie demandé chez un enfant à risque, notamment :

- âge compris entre 12 mois et 6 ans et,
- résidant dans un logement ancien dégradé ou rénové récemment,
- et/ou présentant un pica (consommation habituelle de substances non alimentaires) ou un portage oral important,
- et/ou fréquentant un logement ou une zone connus pour être contaminés,
- et/ou vivant auprès d'un sujet intoxiqué.

  • un dosage de la plombémie supérieur à 100 μg/L est considéré comme pathologique.3).

Effets du plomb sur la santé

Les effets du plomb sur la santé sont fonction de l’importance de l’intoxication, mais on considère qu’ils apparaissent sans seuil.4)
effets_du_plomb_v2.jpg
Schéma des effets du plomb sur la santé en fonction de la plombémie

Aux faibles niveaux d’intoxication, l’effet le plus préoccupant du plomb est la diminution des performances cognitives et sensorimotrices. De nombreuses études épidémiologiques ont montré l’existence d’une association entre les niveaux de plombémie de la petite enfance et les performances de la petite enfance à l’âge scolaire. Les méta-analyses donnent une fourchette de 1 à 3 points de baisse de QI pour une augmentation de la plombémie de 100 µg/L.

Traitement

à titre d'information, consultez votre médecin pour un traitement approprié à votre enfant.
Il doit comporter d'une part l'élimination du plomb sous une forme non toxique et d'autre part un traitement symptomatique destiné à atténuer ou à guérir les accidents déclarés.

  • Traitement spécifique : il est fondé sur le principe de la fixation du plomb sous une forme non toxique et à son élimination sous contrôle méthodique. Pour celà, on dispose de chélateurs capables de mobiliser le plomb fixé dans les tissus. Actuellement, il y a trois agents chélateurs efficaces dans le traitement du saturnisme :

- le BAL (British anti-Lewisite) ou Dimercaprol administré par voie intramusculaire stricte et mobilisant de préférence le plomb des tissus mous.
Posologie : 3mg/Kg et par injection - 6 fois/jour pendant 2 jours - 4 fois/jour le 3ème jour puis 2 fois/jour pendant 10 jours.
- l'EDTA calcique administré par perfusion lente en une heure, actif sur le plomb osseux.
Posologie : 1 gramme dilué dans 250 ml de soluté isotonique glucosé ou salé - 1 à 2 fois/24 heures (cure de 3 à 5 jours à répéter après une intervalle de 7 jours).
- le DMSA (acide dimercaptosuccinique) qui est un chélateur oral. Il est depuis peu sur le marché français et favorise préférentiellement comme le BAL l'excrétion du plomb à partir des tissus mous.

  • Traitement symptomatique : pour les douleurs abdomidales, on peut utiliser l'injection intra-veineuse lente d'atropine ou de la chlorpromazine par voie intra-musculaire ou une perfusion de soluté glucosé isotonique. Pour les accidents neurologiques, rénaux, on utilise des méthodes classiques non particulières au saturnisme.5)

Outils personnels