Le syndrome d'alcoolisation fœtale

Le syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) est un handicap permanent causé par l'exposition de l'embryon et du fœtus à l'alcool pendant la grossesse.
Il est dans la majorité des cas à l'origine d'une embryofœtopathie (anomalies, malformations de l'embryon et du fœtus).

Dans les pays d’Europe de l’Est, ce problème est 30 à 40 fois plus répandu qu’en Europe de l’Ouest, mais le syndrome y est souvent sous-diagnostiqué ou non-renseigné dans le dossier médical de l’enfant.

Comment évaluer le risque fœtal?

L’atteinte fœtale est difficile à évaluer, mais la corrélation de plusieurs paramètres permet d’identifier le risque d’atteinte fœtale : la dose d’alcool intégrée, le terme et la durée d’exposition à l’alcool, la façon de boire. Selon les spécialistes, à partir de 30 grammes par jour (3 verres), le risque d’atteinte fœtale existe (et probablement en dessous). La consommation d’alcool lors du 1er trimestre de la grossesse est à fort risque malformatif et de dysmorphie du visage. Celle des 2ème et 3ème trimestres, à risque de troubles du développement psychomoteur. Par ailleurs, l’ancienneté de l’alcoolisme est considérée comme un facteur aggravant.

Les symptômes

Plusieurs caractéristiques permettent d’identifier le SAF, sachant qu’il est difficilement décelable… L’avis d’un médecin est vivement recommandé.
Le syndrome comporte :

  • Un retard de croissance (dans 80% des cas) : poids, taille, périmètre crânien. Le défaut de croissance du périmètre crânien (microcéphalie) est le reflet de l’insuffisance du développement cérébral, elle-même responsable du retard mental ultérieur.
  • Une dysmorphie crânio-faciale : front bas, bombé et parfois hirsute ; arcades sourcilières aplaties et fentes oculaires étroites avec parfois un épicanthus (pli cutané interne au niveau de l’orbite) et un hypertélorisme (yeux très espacés) ; le sillon entre le nez et la lèvre supérieure (philtrum) est lisse, absent ou convexe ; la lèvre supérieure est très mince ; le menton est petit, étroit, effacé ou fuyant ; les oreilles peuvent être d’implantation basse (sous le niveau de la bouche).

Ce faciès typique apparaît au cours de deux 1ères années et se modifie en fonction de l’âge et du phénotype de l’enfant. Ces caractéristiques s’estompent généralement avec la croissance. Cependant, 1/3 seulement des enfants atteints du SAF présente des anomalies du visage. Dans les formes mineures ou incertaines du SAF, on parle alors d’EAF, c'est-à-dire des Effets de l'Alcool sur le Fœtus.

  • Des malformations congénitales (10 à 30% des cas). Il peut s’agit de cardiopathies prédominantes, d’anomalies du système nerveux, d’anomalies du squelette ou d’autres malformations (surdité, angiomes cutanés…).
  • Une atteinte neuro-comportementale ou A.R.N.D. (Alcohol-Related Neurodevelopmental Disorder) : troubles de la motricité fine (au niveau des doigts de la main par exemple), du tonus, de la coordination des mouvements ; troubles dans l’acquisition du langage ; retard mental. Plus tard, instabilité, troubles de l’attention avec fréquemment une hyperactivité et une faible efficience intellectuelle. Un faible niveau d’acquisitions scolaires à terme est à craindre.

Avec le temps, des problèmes de comportement peuvent survenir (hyperactivité, opposition, persévération).

Information importante

Le diagnostic du SAF en période néonatale est difficile à poser du fait de formes incomplètes le plus souvent. Le tableau de SAF complet comporte : une hypertrophie (retard staturo-pondéral), une dysmorphie faciale (anomalies du visage), des malformations à prédominance cardiaque et des troubles neuro-comportementaux.
En l’absence de dysmorphie, l’alcool est responsable de troubles neurologiques et comportementaux.

Pour plus d'informations


Outils personnels