Un crédit vous est gratuit avec le groupe “Crédit finance service” si vous étés vraiment éligible pour un crédit ou financement. Contactez les dés aujourd'hui pour en bénéficié de leurs service sans aucun regrette économique de votre niveau.

Contact: cfi.service.01@gmail.com Whatshapp: +33733622558

Les troubles de l'attachement

Qu'est-ce que l'attachement ?

source : Les enfants d'abord

Depuis les années 60, plusieurs travaux de recherches tendent à démontrer que le jeune enfant a un besoin primordial d’établir un lien stable et sécurisant avec une figure maternelle répondant à ses besoins. Bowlby propose le terme d’attachement pour désigner le lien particulier unissant l’enfant à la figure maternelle.1)

La théorie de l’attachement considère la tendance à établir des liens affectifs étroits comme un élément essentiel à la survie de l’être humain. Selon Bowlby (1969), l’attachement à la figure maternelle servirait de base de sécurité à l’enfant pour explorer l’environnement. Dès la petite enfance, l’enfant développerait un modèle d’attachement particulier en fonction de l’attitude de la figure maternelle à son égard. Bowlby prétend que ce lien d’attachement en devenant intériorisé, servirait par la suite de modèle à toutes les relations intimes et sociales de l’individu.

Que sont les troubles de l’attachement ?

source : Passerelle avec l'accord de l'auteur

Les Troubles de l’Attachement sont une affection mentale qui peut toucher des enfants victimes d’une rupture du lien mère-enfant, rupture qui trouve son origine dans des événements traumatiques de la toute petite enfance (avant l’âge de 18-24 mois.) C’est pourquoi les enfants adoptés sont particulièrement exposés à ces troubles. Souvent, lors de son arrivée dans la famille adoptive, l’enfant n’a plus confiance dans les adultes et les considèrent tous comme interchangeables. Il peut considérer n’importe quel adulte comme son père ou sa mère, dès lors que celui-ci lui montre un peu d’attention et d’affection. Par contre, il refuse de regarder ses parents dans les yeux et a du mal à accepter le contact physique, ou alors seulement dans un but intéressé.

Ces enfants sont…

§ Des enfants qui ne peuvent pas supporter les soins aimants de leurs parents parce qu’ils les vivent comme menaçants ;

§ Des enfants qui ont une peur profondément enracinée de s’impliquer dans une relation trop “ affective ” à leurs yeux, qui mettent constamment à l’épreuve l’amour de leurs parents et les liens qu’ils ont avec eux par un processus subtil d’exigences d’attention, de manipulations et en les montant l’un contre l’autre ;

§ Des enfants qui ont des problèmes sérieux au niveau :

  • émotionnel
  • social
  • affectif
  • de la confiance en soi
  • du respect des normes
  • des études

§ Des enfants qui demandent en définitive de la compréhension et de l’aide face aux souffrances qu’ils vivent.

Comment créer des liens sains avec un enfant adopté ?

source : Passerelle avec l'accord de l'auteur

Voici quelques explications sur la façon de donner un temps d’enrichissement qui a manqué à nos enfants souffrant de troubles de l’attachement. Souvenez-vous qu’il faut les adapter à l’âge de l’enfant.

  • Les activités avec les nourrissons comprennent : des contacts de peau à peau, des contacts visuels, le nourrir avec un biberon (pour les plus petits) ou avec des bonbons, et des jeux de face à face.
  • Si l’enfant montre beaucoup de colère ou des comportements évitants tenez bon ! C’est de cela qu’il a manqué et c’est de cela dont il a besoin.

Pour le maintenir : prenez-le sur vos genoux (ou seulement sa tête s’il est trop grand), parlez-lui de façon rassurante et douce ou chantez doucement, dites-lui que vous l’aimez, qu’il est beau, etc., bercez-le, enroulez-le dans une couverture pour la sécurité s’il risque de se mettre en colère. Cherchez à lui apporter du bien-être, du confort, à ne pas le déstructurer.
Ne pas le serrer, lui parler durement, perdre votre sang-froid (peu importe que vous soyez frustré, oubliez-le). Si vous vous sentez en colère, déposez l’enfant et cherchez un soutien.

N’arrêtez pas, jusqu’à ce que l’enfant soit calme, vous regarde dans les yeux et se sente connecté.
Si l’enfant s’endort alors qu’il pleure encore tenez-le jusqu’à ce qu’il s’éveille, et puis continuez les activités décrites ci-dessus.

Souvenez-vous que vous n’êtes pas responsable de la colère qui est en cet enfant ! Vous devez seulement y faire face !

  • Il faut que la maman masse l’enfant, tous les jours si possible, et qu’elle parle et qu’elle chante à l’enfant tout en le faisant. Si l’enfant résiste au massage, commencez par lui frotter le dos ou les bras, ou les jambes, ou la tête ou les pieds, ou ? tout ce que l’enfant accepte. Généralement les “pieds à pieds” avec l’adulte sont possibles (assis sur le sol, face à face, jambes tendues, les pieds au contact les uns des autres, on peut jouer ainsi) dans un premier temps, puis on diminue progressivement la distance et on a ainsi accès à d’autres parties du corps.
  • Bercez l’enfant. Si le bercement ne convient pas, dansez en tenant l’enfant, dansez tout autour de la pièce en gardant le contact visuel, tapotez-lui le dos, bref tout ce qui vous permet de le toucher et de le regarder en même temps.
  • Encouragez les contacts visuels pendant toutes les interactions. Donner une récompense, un bonbon par exemple, quand le contact visuel est bon peut faciliter les choses. Un parent disait, il vaut mieux des dents pourries qu’un coeur détruit.
  • Dormez avec lui. Si c’est un bébé ou un nourrisson, mettez son berceau ou son petit lit près du vôtre. C’est très bien s’il vient vous retrouver. S’il est “trop vieux” pour cela, mettez un matelas sur le sol à côté de votre lit. Une famille faisait des “campings” régulièrement dans le salon, et tout le monde dormait côte à côte sur le sol dans son sac de couchage.
  • Attendez-vous à ce que les autres vous critiquent et disent que vous êtes possessive, que vous gâtez l’enfant, que vous voyez les problèmes plus gros qu’ils ne le sont en réalité (“tous les enfants font cela”)

Souvenez-vous, vous connaissez votre enfant mieux que personne

  • Aidez votre enfant à trouver un objet transitionnel Vous savez, un doudou, couverture, animal en peluche Portez-le d’abord sur vous pendant quelque temps pour qu’il soit imprégné de votre odeur ou aspergez-le de votre parfum.

Autres idées d’activités pour promouvoir l’attachement

Ce sont des suggestions venant de thérapeutes et de parents d’enfants souffrant de troubles de l’attachement.

  • Portez le bébé dans un porte-bébé sur le thorax, toute la journée si possible, face vers vous (vous pouvez consulter le site www.peau-a-peau.be).
  • La maman devrait au début être la seule personne qui s’occupe de ses besoins. Les bébés doivent d’abord se lier à une seule personne, ensuite ils peuvent se lier aux autres.
  • Prenez votre bain ensemble, pour favoriser le contact de peau à peau. Bébé et maman portent la même lotion pour que bébé associe son odeur avec celle de maman.
  • Quand l’enfant doit recevoir un vaccin, maman ne devrait pas le tenir. Demandez à l’infirmière de le faire et puis c’est maman qui le console.
  • Prenez beaucoup de photos de vous deux ensemble et affichez-les autour du lit de l’enfant et un peu partout dans la maison.
  • Contournez son corps et le vôtre sur de grandes feuilles de dessin et coloriez-les ensemble (grande activité). Mettez ensuite les “portraits” au mur.
  • Quand vous lui donnez à manger quelque chose qu’il aime particulièrement, dites-lui en même temps que vous êtes une bonne maman/ un bon papa. Lui dire avec des mots que vous êtes une bonne maman est important autrement, comment le saurait-il ?
  • Si vous utilisez un parfum (sinon prenez votre shampoing) mettez-en un petit peu sur son bras pour qu’il ait votre parfum avec lui tout le temps.
  • Jouez avec des poupées et mettez en scène des histoires où les parents reviennent toujours après que l’enfant soit allé à la crèche, avec une baby-sitter, au lit, etc.

Sommeil

  • Beaucoup de parents recommandent que l’enfant dorme dans le lit des parents au début, ou au moins dans leur chambre.
  • Pensez toujours que la demande pour un contact physique avec le parent et pour un réconfort représente un besoin fondamental pour un nourrisson luttant pour développer son attachement et comblez ce besoin dès qu’il apparaît, de jour ou de nuit. Les parents doivent revoir leur point de vue et accepter de se lever la nuit avec un nourrisson, c’est une merveilleuse opportunité de se construire l’attachement plutôt qu’une corvée. Ne laissez pas un bébé adopté pleurer seul la nuit comme le recommandent de nombreux spécialistes. Les techniques d’isolement temporaire sont très bien pour des enfants qui sont attachés de façon sûre, mais pas pour des enfants qui apprennent à faire confiance à leurs parents qu’ils combleront leurs besoins d’une manière aimante et appropriée.

Encouragez le contact visuel

  • Nourrissez-le au biberon quel que soit son âge. Encouragez le contact visuel en touchant gentiment sa joue. Ne le laissez pas tenir son biberon tout seul. La nourriture doit venir des parents ; tenez-le dans vos bras quand vous le nourrissez.
  • S’il se détourne (pour éviter le contact visuel), essayez de mettre un grand miroir en face de vous. De cette façon, s’il se détourne, il se verra lui-même dans vos bras. Continuez à le tenir dans votre regard. Cela peut prendre longtemps avant qu’il ne jette un coup d’oeil vers vous. Quand il finit par le faire, soyez prêt avec un grand sourire, chaleureux, aimant et approbateur. Cela a l’air peu, mais c’est vraiment beaucoup et apporte de grands effets d’après notre expérience.
  • Encouragez le contact visuel en tapotant gentiment le haut de son nez et le vôtre comme un signal pour qu’il vous regarde.
  • Jouez à cache-cache avec une couverture ou autre chose.
  • Mettez un auto-collant sur votre nez et demandez à l’enfant de l’enlever et de le remettre.
  • Tenez le bébé dans vos bras et dansez avec lui. Une activité très synchronisatrice.
  • Nagez ensemble.
  • Mettez-vous mutuellement de la peinture sur le visage ou faites semblant.
  • Le nez musical : chantez une chanson et demandez à l’enfant de vous pincer le nez pour que cela soit comique. Vous arrêtez de chanter s’il rompt le contact visuel.
  • Balançoire musicale : mettez l’enfant sur une balançoire. Faites-lui face quand vous le poussez. Encouragez le contact visuel en chantant une chanson, arrêtez s’il regarde ailleurs. Gardez un balan très petit, il faut qu’il se sente en sécurité.
  • Remplissez vos joues d’air. Demandez à l’enfant de les dégonfler en poussant dessus.
  • Mettez-vous mutuellement de la lotion.
  • Demandez-lui de donner à manger à maman (ou à papa). C’est super avec des raisins, des smarties ou du pop-corn.
  • Faites des “bisous esquimaux” : se frotter les nez l’un contre l’autre en se regardant dans les yeux ou des “bises papillon” en caressant la joue avec les cils. Faites des bisous volants quand vous le quittez en embrassant votre main puis en soufflant dessus pour le lui envoyer. S’il fait de même, attrapez le bisou avec votre main et mettez-le sur votre joue.
  • Jouez en face d’un miroir. Faites des grimaces, peignez le visage de maman, tracez le visage l’un de l’autre sur le miroir avec des marqueurs effaçables, avec de la peinture pour doigts ou avec de la mousse à raser. Faites danser votre enfant comme s’il était votre marionnette. Faites danser des poupées. N’importe quel jeu pour que l’enfant se sente détendu et vous regarde dans les yeux dans le miroir, il se sentira ensuite plus détendu pour vous regarder directement dans les yeux..
  • Plutôt que d’utiliser un vrai miroir, soyez chacun à votre tour le miroir de l’autre. Asseyez-vous face à face et demandez à votre enfant d’imiter tous les mouvements de votre visage et vice versa. Puis essayez avec tout votre corps, imitant chacun les mouvements de l’autre.
  • Avec un enfant plus âgé, essayez chacun à votre tour de lire sur les lèvres de l’autre. Même si vous n’avez pas vraiment un contact visuel, vous regardez malgré tout le visage de l’autre.
  • Un jeu de Memoire mais avec une touche plus personnelle. Demandez à votre enfant de vous regarder soigneusement. Puis quittez la pièce et revenez après avoir modifié quelque chose sur vous. Voyez s’il peut trouver ce qui est différent. Cela peut être quelque chose de tout à fait évident pour un jeune enfant, comme d’enlever un gilet, mais avec des enfants plus âgés, cela peut être plus difficile, comme de boutonner un bouton de plus.

Rassurez-le

  • Limitez les choix. Au début, les parents devraient prendre toutes les décisions, y compris la nourriture, les jouets et les vêtements. Ceci aide l’enfant à se sentir en sécurité. Quand l’enfant est habitué à sa nouvelle famille, donnez des choix limités, par exemple un choix entre deux choses différentes à manger. Surtout ne l’entourez pas de trop de jouets, objets, vêtements : moins il en aura, mieux ses points de repère pourront se faire vite et clairement.
  • Instaurez une routine de façon à le rassurer : essayez d’effectuer les choses dans le même ordre (exemple : jeux, promenade, bain, repas…)
  • Essayer de limiter les visites chez des proches et de restreindre les nuits à l’extérieur.

Cercle d’amour

« Ma fille a 4 ans et pendant longtemps elle n’a pas très bien saisi à qui elle peut montrer de l’affection et à qui elle doit simplement donner la main ou dire bonjour. Nous avons pris une grande feuille de papier (suggestion du thérapeute) et dessiné dessus un grand cœur à une extrémité et à l’intérieur de ce cœur ceux de notre famille proche. C’est notre “cercle familial d’amour” et nous avons discuté de la façon dont nous pouvions nous conduire de façon aimante envers notre cercle de famille immédiat (Attention, dessinez aussi la mère de naissance, je n’y avais pas pensé, cela m’est revenu plus tard !). Ensuite dans des cœurs plus petits en dessous, nous avons dessiné la famille étendue, puis les amis, puis les médecins, les baby-sitters habituelles, le facteur, etc. Nous avons discuté des comportements appropriés à avoir avec chaque groupe, répété des scénarios et je lui ai aussi donné la permission de ne pas embrasser quelqu’un en dehors de notre famille immédiate. Ce que j’avais considéré comme un problème d’attachement s’est en fait révélé être une erreur de comportement lié à la vie en institution cela nous a donné beaucoup de choses à discuter et l’a réellement aidée dans ses comportements. »

Activités sensorielles

  • Beaucoup de jeux de bulle.
  • Boire avec une paille, en particulier des milk-shakes épais.
  • Siffler dans un sifflet (je sais, cela peut très vite devenir irritant pour la maman). Mirlitons de fête ceux qui se déroulent quand on souffle et qui s’enroulent quand on arrête.
  • Donner différentes textures à faire bouger avec la langue et avec les mains : petits pois, riz, couscous, pudding, gelées. Peignez une assiette avec de la crème au chocolat et donnez-la à manger sans les mains. Eveillez son sens gustatif bonbons sûrs, chili, poivre, moutarde, paprika, oignons tout ce qui contient du vinaigre. Apprendre le goût acide est important.
  • Déchirez un mouchoir en papiers en petits morceaux et les faire se déplacer sur la table en soufflant dessus.
  • Faire de la musique bouche fermée.
  • Recouvrir un peigne de papier aluminium et le passer entre les lèvres en soufflant un air connu ou en improvisant une variété de sons harmonieux. Attention, faire du bruit peut être aversif, voire peut faire peur. Veillez à garder toujours une atmosphère feutrée.
  • Une maman utilise une lotion hydratante et fait un jeu du moment où elle la met :

Passer la lotion. Mettre beaucoup de lotion dans votre main et demander à l’enfant d’en prendre le maximum dans ses mains et de vous la repasser ensuite, le plus de fois possible.

Mains glissantes. Après avoir mis la lotion sur les mains, faire semblant de se tenir fermement l’un à l’autre par les mains et ensuite se laisser glisser en arrière avec beaucoup de rires et d’exagération.

  • Pile de mains. Placez votre main sur la table, puis celle de votre enfant par dessus, ensuite la vôtre puis la sienne. Déplacez votre main la plus basse sur le haut de la pile, puis celle de votre enfant et ainsi de suite.

Association de Parents

L'association PETALES Parents d'Enfants présentants des Troubles de l'Attachement, Ligue d'Entraide et de Soutien.

Liens et documentations

1)
Bowlby, J. (1969). Attachement et perte. Vol. 1. Attachement, P.U.F., Paris

Outils personnels